Ensemble, toujours !

FR | EN

03 mars 2014

Les gladiateurs du hockey

Jamais le hockey sur glace n’a connu un tel succès en Suisse Romande. Les patinoires sont pleines à craquer. Les matches se jouent à guichets fermés dans une ambiance de feu, pour un public qui rassemble toutes les couches de la population. Comment expliquer ce phénomène ? Comment les clubs fonctionnent-ils face à cette spirale du succès, face à la surenchère financière et ses conséquences sur la violence du jeu ? Plongée dans les entrailles du hockey romand à Fribourg, Genève et Lausanne.

Qu’est-ce qui fait courir les Romands dans les patinoires frigorifiées ? Pourquoi cet engouement pour le hockey ? Les patinoires sont pleines. Il y règne une ambiance de feu, contrairement aux stades de foot romands désertés par le public. Le hockey, lui, fait le plein de spectateurs. Des jeunes, des vieux, des femmes toujours plus nombreuses, des populaires mais aussi des notables, des banquiers, des industriels accourent pour suivre leur équipe préférée et nouer aussi des contacts (ça s’appelle le networking). Le hockey romand a le vent en poupe. Fribourg-Gottéron et Genève-Servette sont aux premières loges. Lausanne, qui vient de monter en ligue nationale A, fait une magnifique saison. Les play-offs (finales) s’annoncent très ouverts et les Romands pourraient briller comme ils l’ont fait tout au long de la saison.

Comment expliquer ce succès ? Pourquoi cet engouement ? Qu’est-ce qui fascine dans le hockey alors que sa violence et sa brutalité rebutent les non-initiés ? Temps Présent est allé y voir de l’intérieur : des loges des VIP aux vestiaires des joueurs, les clubs romands – Fribourg-Gottéron HC, Genève-Servette HC, Lausanne HC – se dévoilent face à la spirale du succès, à la surenchère financière, à la violence…et à l’adhésion populaire.

Diffusion le jeudi 6 mars à 20h10. Rediffusion le vendredi 7 mars 2014 à 0h35 et le lundi 10 mars 2014 à 15h55 sur RTS Deux.

Un reportage de Cédric Louis et Roland Tillmanns Image : Hughes Firmann Son : Charles Wicki Montage : Aline Brechbühl