Ensemble, toujours !

FR | EN

02 mars 2017

Zoug, vu par Sébastien Beaulieu (3)

Pour vous présenter notre adversaire des quarts de finale, nous nous sommes tournés vers Sébastien Beaulieu, notre entraîneur des gardiens. Sébastien nous donne son avis, pour la troisième et dernière fois, sur l’équipe de Suisse centrale. Cliquez pour lire les première et deuxième parties de son analyse parue mardi et hier.

« De mon point de vue, si on enlève Martschini, il y a un trou en attaque, précise Sébastien. C’est mon point d’interrogation pour les Playoffs. Je pense que Tobias va faire son travail et que la défense sera solide, mais est-ce que cette attaque rapide et composée de petits joueurs, peu bâtie pour le jeu physique, sera capable de produire autant qu’en saison régulière ? Tout va reposer sur leurs joueurs dominants. »

En plus de Martschini, l’armada zougoise est surtout composée par ses étrangers. David McIntyre, Josh Holden, Carl Klingberg et Jarkko Immonen ont amassé 139 points, en ne manquant un total combiné que de huit rencontres.

« Je me méfie toujours de Reto Suri à Zoug, prévient l’entraîneur des gardiens, car il a connu une moins bonne saison, un peu plus en dents-de-scie. » Suri est un joueur qui a de la fougue, capable de surprendre l’adversaire à tout moment. L’ancien Servettien sort toutefois de sa plus mauvaise saison depuis son départ des Vernets, raison de l’inquiétude de notre spécialiste.

Le vétéran Josh Holden sera également sur l’écran-radar de Sébastien : « Ce n’était pas sûr qu’il soit conservé l’été passé, et il est resté un acteur important dans l’offensive zougoise cette saison. S’il y a des joueurs qui n’ont pas le mode Playoffs, Josh, lui, le possède. Il n’a plus les mêmes jambes, mais il possède toujours cette grinta autour du but. »

Nous ne pouvons évoquer l’offensive sans parler du powerplay. Zoug s’est classé huitième avec un pourcentage de 16,74%. « C’est assez surprenant de les voir si bas, constate notre expert, d’autant plus qu’il y a Diaz. Avec son retour, je me suis dit que c’était exactement ce qui leur manquait depuis son départ en Amérique du Nord. Ce qui sera dangereux, c’est que nous devrons nous concentrer sur deux joueurs (Diaz et Martschini) lors de leurs powerplays. »

Dernière question pour conclure cette série : l’Acte I de samedi sera-t-il la clé de cette série ? « Oui et non. Oui, parce que ce sera intéressant de voir les vrais visages de deux équipes suite à leurs fins de saison respectives. Est-ce que Zoug était en mode réserve ? Est-ce que Genève a connu des succès qui n’étaient pas tout à fait mérité ? À Genève, nous ne sommes jamais en mode panique en Playoffs, nous pouvons revenir de Zoug samedi en ayant pris confiance, même dans une défaite. Les ascendants changent durant une série, on l’a vu contre Lugano la saison passée. Cette année, je dirais que cet Acte I est moins important que d’habitude. Ce sera plutôt un baromètre qu’un juge de paix. La question sera surtout : quel Zoug se présentera face au GSHC samedi soir ? »